matière grise

Brice Teinturier décrypte la décision !

19 juin 2014

Dans le cadre de la série lancée par Comfluence « Faire la décision », Brice Teinturier, Directeur général délégué d’Ipsos, revient sur l’importance d’être bien informé pour bien décider.

Pour alimenter la réflexion des décideurs, pour penser les problématiques d’image et d’influence et réaffirmer la valeur ajoutée du conseil, Comfluence invite chaque semaine, à compter du 19 juin, une personnalité à donner sa vision de la décision…

 

Pour Brice Teinturier, « la décision, c’est le moment ultime, le moment qui engage, celui où se cristallise quelque chose. L’enjeu et l’intérêt des études, qu’il s’agisse d’études d’opinion, de satisfaction, d’études marketing ou de tests de produits, c’est d’aider à la prise de décision. L’information que nous donnent ces outils peut avoir un impact décisif dans le succès ou l’échec d’une stratégie électorale, c’est cela qui est essentiel.

A chaque fois, le décideur essaie de mesurer, d’anticiper la performance de telle ou telle décision pour déterminer quelle est la meilleure à prendre. Mais au moment précis où il prend cette décision, l’individu reste toujours seul. Il peut la prendre en étant informé mais cet instant sera toujours solitaire. Que ce soit le citoyen qui décide de voter pour tel ou tel candidat, le consommateur qui arbitre dans ses choix, le manager qui donne la direction à suivre, tous sont confrontés à ce moment.

Toute une série de décisions sont de ce point de vue très symboliques, archétypales. Par exemple, lorsqu’a été prise la décision politique de fonder cette « idée folle » qu’est l’Union Européenne, c’était une décision de visionnaires, qui a d’ailleurs été réalisée par un nombre réduit d’individus, mais qui n’aurait jamais pu être issue d’enquêtes d’opinions.

Il y a énormément de décisions qui vont à l’encontre de l’opinion publique, tout simplement parce que les décideurs estiment que dans le moyen-terme, et même dans le temps présent, elles sont nécessaires, utiles et légitimes.

A mes yeux, ce qui est important dans la décision, c’est qu’elle est engageante pour soi-même, pour une organisation, pour des employés, pour des clients. On sort du virtuel et on rentre véritablement dans le champ du réel et des conséquences qui accompagnent toute décision. »

 

Retrouvez les autres vidéos :