Information des labels alimentaires : le CESE préconise une amélioration

INFORMATION DES LABELS ALIMENTAIRES : LE CESE PRÉCONISE UNE AMÉLIORATION

Alors que le Sénat, vient de voter le projet de loi "Alimagri ", le Conseil économique social et environnemental (CESE),  a rendu public le 19 juin dernier un rapport formulant 18 propositions destinées aux cinq signes officiels de qualité et d’origine (SIQO) que l’on retrouve sur nos produits alimentaires.

Initiés par la France ces « mentions », qui figurent sur les étiquettes des produits alimentaires, sont les seules à être garanties par l’Etat et reconnues au niveau européen. Ces SIQO relèvent de démarches collectives provenant des professionnels souhaitant faire reconnaître, protéger et valoriser la qualité de leurs productions, leurs savoir-faire et leurs territoires.

Les SIQO existants :
- AOP ou AOC (Appellation d’origine protégée / contrôlée) : assurent l’origine du produit ;
- IGP (Indication géographique protégée) : assure l’origine du produit ;
- Label Rouge : prône la qualité supérieure ;
- AB (Agriculture biologique) : promet un respect de l’environnement et du bien-être animal ;
- STG (Spécialité traditionnelle garantie): garantie une recette traditionnelle.

Ces SIQO sont aujourd’hui confrontés à des difficultés qui constituent pour ces derniers des défis qui doivent être relevés du fait notamment de leur ancienneté. Elaborés maintenant depuis plus de 10 ans les cahiers des charges de certains SIQO semblent ne plus répondre réellement au niveau d’exigence des consommateurs et des pouvoirs publics.

Par conséquent, pour répondre à ces attentes et apporter une meilleure connaissance des produits aux consommateurs, le CESE a rendu mardi 19 juin, un avis avec 18 préconisations.

Parmi ces propositions on note celles destinées à répondre aux nouvelles attentes sociétales comme la réduction de l’utilisation de produits phytosanitaires, l’absence d’adjuvants et d’arômes artificiels ainsi que la juste rémunération des producteurs et le respect du bien-être animal. Le CESE préconise également de faire évoluer en France le label bio par le biais de la création d’un SIQO : « agriculture biologique locale et équitable » qui intégrerait des critères de proximité entre les lieux de production, la transformation et commercialisation.

Le CESE formule également différentes propositions destinées à renforcer l’information des consommateurs comme la création d’un plan national de communication sur les SIQO, l’abandon progressif de l’appellation d’origine contrôlée (AOC) pour les vins et les eaux de vie afin de n’utiliser que l’AOP existante.

Enfin le CESE souhaite mettre à profit les SIQO pour renforcer la territorialisation de l’alimentation en inscrivant dans la loi concernant la restauration collective publique une proportion minimale de produits locaux, notamment sous SIQO, y compris biologiques.

Avec ce rapport, le CESE joue pleinement son rôle que le Gouvernement souhaite par ailleurs renforcer, d’aiguillon du débat sociétal.

Projet de loi "Alimagri" : Le texte a été voté le 2 juillet en Séance publique.