Le Général Richard Lizurey assiste le gouvernement dans la crise

L’ancien patron de la gendarmerie nationale a été chargé par Matignon d'évaluer la gestion globale de la crise sanitaire et d’en assurer le « contrôle qualité ». Président du conseil scientifique du pôle intelligence économique de Comfluence depuis qu’il a fait ses adieux aux armes, ce grand serviteur de l’État est aussi un expert reconnu de la gestion de crise. 

Le général Richard Lizurey a fait ses adieux aux armes en octobre 2019 alors qu’il était le patron de la gendarmerie nationale. A la demande du 1erMinistre, ce grand serviteur de l’État vient de reprendre du service afin d’apporter son expertise dans la gestion de crise qui frappe le pays.

Celui qui a pris, en janvier dernier, la tête du conseil scientifique du pôle intelligence économique de Comfluence, piloté opérationnellement par Éric Delbecque, est connu pour son art de la gestion de crise.Rappelons qu’il a piloté l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes au printemps 2018 et qu’il était aussi sur le théâtre des opérations dans la gestion de crise lors de l'explosion de l'usine AZF de Toulouse en 2001 ainsi qu’à Ouvéa en 1988 lors de la prise d’otages. 

À la demande du 1er Ministre, son rôle est d'assister les différentes cellules de crise mises en place au ministère de la Santé, au ministère de l'Intérieur, au ministère des Affaires étrangères. Il a d’ores et déjà pu se rendre sur les différents lieux stratégiques de gestion de crise : au centre opérationnel de régulation et de réponse aux urgences sanitaires et sociales, au ministère de la Santé, au centre interministériel de crise à Matignon. Son rôle sera notamment de  s'assurer de la bonne articulation entre toutes les cellules nationales et les échelons locaux (agences régionales de santé, préfectures…) afin de permettre une amélioration continue des process. Dans ce cadre, il sera amené à rendre compte au Conseil de défense, présidé par le Chef de l’État. 

Coronavirus et réseaux sociaux : un virus très viral

Avec le coronavirus, la population mondiale fait face à la première pandémie à l’ère des réseaux sociaux. Ces derniers n’échappent d’ailleurs pas à la contamination du #COVID-19, qui s’y propage encore plus rapidement que le virus lui-même. 

Selon l’outil de social listening Talkwalker, on recense en France depuis le 1er mars 2020 plus de 14 millions de mentions des principaux hashtags liés au coronavirus[1]sur les réseaux sociaux, générant plus de 85 millions d’interactions (like, partage, commentaires de publications). Avec un pic le 16 mars à 875 000 mentions, qui coïncide au lancement de la période de confinement. À titre de comparaison, la réforme des retraites et les Gilets Jaunes, séquences les plus commentées sur les réseaux sociaux l’année dernière, recensaient respectivement près de 2,4 et 4 millions de posts.

Sans surprise, Twitter recense 98% des conversations autour du Coronavirus et mobilise en France 473 000 auteurs uniques.

Au niveau mondial, le volume de publications dépasse les 320 millions de posts pour près de 2 milliards d’interactions !

#COVID19 et #confinement sur le web social, pour le meilleur et pour le pire

Cette viralisation du #Covid19 sur le web social, a pour impact direct une hyper-réaction des socionautes. Un contexte qui s’explique en grande partie par la situation de confinement qui en découle, générant une amplification de tous les types de comportements que l’on voit évoluer sur les réseaux sociaux ces dernières années.

Dans le détail, le nuage de hashtags ci-dessous, qui permet un focus des principaux sujets de conversations qui émergent, est éloquent :

Point positif, l’une des missions premières des réseaux sociaux émerge :  créer et favoriser du lien social en cette période de confinement. Au-delà des apéro-live qui se multiplient et permettent une « reconnexion sociale », cette tendance s’observe à travers la naissance et l’appropriation des mouvements d’appel au civisme et à la responsabilité (le #RestezChezVous utilisé plus de 291 000 fois, souvent associé à des témoignages de malades ou de personnes ayant perdu un proche) mais aussi à la solidarité. Notamment viaune reprise importante des #Soignants (32 000 mentions) #OnApplaudit (24 000 mentions) ou #SolidariteCovid (20 000 mentions) pour appeler à l’effort collectif national et au soutien des professionnels mobilisés sur le terrain.

Le monde médical a d’ailleurs été mis à l’honneur, à travers l’hommage de Jean-Jacques Goldman aux soignants (25000 mentions) ou des Chefs et influenceurs food qui ont mis leur savoir-faire pour améliorer le quotidien du personnel hospitalier avec la livraison de bons plats à travers l’opération « Les Chefs avec les Soignants #occupezvousdenousonsoccupedevous ».

Avec une mention spéciale pour le monde agricole, qui a bénéficié d’un coup de projecteur dans un contexte récent d’agribashing, lui donnant l'occasion de communiquer positivement. On retiendra à ce titre la campagne #OnVousNourrit (5 000 mentions) lancée par les organisations professionnelles agricoles pour valoriser la contribution des agriculteurs. Autre fait notable, dans le secteur agroalimentaire, les nombreuses prises de parole de dirigeants d’enseigne de grande distribution (généralement plus discrets) sur LinkedIn pour apporter leur soutien aux équipes.

Autre enseignement notable, l’Entertainment pour lutter contre l’ennui du #confinement, l’un des hashtags le plus utilisé avec plus de 500 000 occurrences.  Avec pour traduction directe une multiplication des #ChallengeConfinement ou #stayAtHomeChallenge (près de 40 000 mentions) dont celui très réussi de Thierry Henry qui rapidement a fait le tour du globe. Sur Instagram, certains influenceurs et illustrateurs réalisent des #Histoiresdeconfinement, pour partager leur quotidien en confinement, tel un journal de bord.

En négatif et en opposition à ces mouvements positifs, ludiques et solidaires, on retrouve les travers classiques des plateformes sociales en temps de crise, avec une amplification significative du contexte anxiogène, des polémiques et des mouvements contestataires.

Les réseaux sociaux, particulièrement Twitter, ont ainsi été exploités comme des vecteurs pour exprimer sa peur de la maladie, son indignation ou son étonnement face aux pillages des denrées alimentaires non périssables des supermarchés. Une situation qui a eu tendance à nourrir un mouvement de panique sur la toile. Ils ont également joué un rôle de propagateur des fake news, préjudiciables pour se protéger du coronavirus. En réaction, Facebook a notamment indiqué mettre en avant les médias de qualité pour que les utilisateurs les consultent. Les médias restent les influenceurs les plus actifs sur Twitter et Facebook pendant la crise, notamment les comptes et pages des chaines d’informations en continu (BFM, LCI), Le Parisien, le Figaro, Brut, le fil de l’AFP.

L’utilisation des #Chloroquine (152 000 mentions) #Masque (97 000 mentions) #Raoult (77 000 mentions) #Buzyn (75 000 mentions) ont largement rythmé les discussions des dernières semaines.

Plus préoccupant, on dénote une montée en puissance de la grogne sociale avec une partie des socionautes qui incriminent l’action du Gouvernement #Onnoublierapas (42 000 mentions) #GiletsJaunes (42 000 mentions) #IlsSavaient(35 000 mentions) MacronDestitution (27 000 mentions) qui font partie des sujets les plus discutés sur Twitter ces derniers jours. Une tendance qui révèle une « gilet-jaunisation » de la crise avec des hashtags et des posts révélateurs des tensions sociales entre les membres du gouvernement qui peuvent avoir droit au dépistage, ceux contraints de se rendre sur le lieu de travail vs les cadres en télétravail dans leur résidence secondaire. La polémique sur les parisiens fuyant la capitale avec pour conséquence la contamination de l’Ile de Noirmoutier a fait l’objet d’une trending Topics Twitter.

La manière dont le coronavirus évolue sur les réseaux sociaux dépasse le seul enjeu sanitaire et s’avère symptomatique des dernières crises et polémiques politiques, économiques et sociales : le vivre ensemble, avec des questions liées au civisme, à la responsabilité individuelle ; mais également la défiance éprouvée envers les élites, à travers la baisse de confiance en la science, l’impact de la différence de niveau d’éducation, la remise en question de la souveraineté de l’État...

[1]"#COVIDー19" OR "#Covid19" OR "coronavirus" OR"covid19france"OR "covidfr"

COVID-19 : les avocats solidaires face à la crise avec le CNB !

Le Conseil national des barreaux orchestre l’opération « Avocats solidaires » visant à répondre aux premiers besoins en conseils juridiques des particuliers et des entreprises sur des questions liées au COVID19. Comfluence accompagne la médiatisation de cette mobilisation…

Comfluence est fière d’accompagner le Conseil national des barreaux dans le déploiement de l’opération « Avocats solidaires » : contribution de la profession à la crise inédite que nous traversons. Jusqu’au 6 avril, particuliers et entreprises impactés par les événements peuvent ainsi s’entretenir gratuitement avec un avocat pour bénéficier d’un conseil juridique personnalisé sur des questions liées au COVID19.

À l’heure où l’épidémie de coronavirus bouleverse la vie de chaque foyer et affecte des pansentiers de notre économie, la profession d’avocat se mobilise pour venir en aide à toutes celles et ceux qui se posent des questions directement en lien avec la crise sanitaire, que celles-ci touchent au droit de la famille, au droit du travail, aux aides sociales et aux mesures économiques mises en place. Depuis le lundi 23 mars, particuliers et entreprise peuvent se rendre sur avocat.fr, site officiel de mise en relation avec les avocats créé par le Conseil national des barreaux (CNB), pour bénéficier de 30 minutes d’échange téléphonique gratuit avec un avocat volontaire.

Très impactés par leur mobilisation et leur grève contre la réforme des retraites, les avocats ont néanmoins tenu à être au rendez-vous. Déployée par le CNB sur l’ensemble du territoire, cette opération conjugue solidarité nationale et valorisation de l’expertise d’une profession, qui a vocation à jouer un rôle de conseil de plus en plus important auprès des particuliers et des entreprises.

Comfluence a accompagné le CNB sur la médiatisation de l’opération, via la conception et déploiement d’une campagne de promotion digitale sur Le Figaro.fr, les sites web BFM TV et France TV ainsi que sur les réseaux sociaux. Artisans, commerçants, chefs d’entreprise, entrepreneurs et particuliers ont accueilli favorablement cette initiative, comme en témoigne l’augmentation de 76% du trafic sur le site avocat.fr. Au 30 mars, la campagne digitale pilotée par Comfluence avait déjà permis de susciter un total de 6 millions d’impressions et plus de 26 000 clics vers le site avocat.fr.

En savoir plus sur l’opération « Covid-19 / Avocats solidaires » : https://www.cnb.avocat.fr/fr/actualites/operation-covid-19-avocats-solidaires-face-la-crise-les-avocats-se-mobilisent

Retrouvez les contenus développés par Comfluence sur les réseaux sociaux du Conseil national des barreaux :
• Twitter : https://twitter.com/CNBarreaux
• Facebook : https://www.facebook.com/Conseil.National.Barreaux/
• LinkedIn : https://www.linkedin.com/company/conseil-national-des-barreaux---les-avocats/

COVID-19 : Comfluence offre un speed-coaching aux dirigeants d’ETI

Acteurs clés de l’économie française – par leur dynamisme, leur forte aptitude à l’embauche et leur engagement dans l’innovation –, les ETI sont particulièrement touchées par la crise.

Connaissant bien leurs problématiques, Comfluence lance une opération visant à offrir aux dirigeants de ces structures un speed-coaching pour les conseiller et leur fournir un ensemble de recommandations afin de répondre à leurs défis spécifiques.

« Les ETI se retrouvent fortement impactées par la crise sanitaire du COVID-19 : elles doivent limiter les interactions tout en continuant au maximum leur activité qui a subi pour certaines d’entre elles une baisse de 70% en 7 jours » expliquent Vincent Lamkin et Jérôme Ripoull, associés-fondateurs de Comfluence. « Beaucoup sont à l’arrêt, 1/3 des salariés sont en télétravail, 45% en chômage partiel et seulement 20% se rendent sur site pour soutenir l’industrie française. »

Des entreprises stratégiques pour l’économie

Essentielles au tissu économique français, les ETI génèrent 22% d’emplois de plus que les PME et microentreprises et 7,4 fois plus que les grandes firmes (période 2009-2019). Elles emploient plus de 3 millions de salariés, dont l’activité est principalement manufacturière à fort potentiel exportateur. La réussite de leurs plans de relance sera donc essentielle pour elles mais aussi pour l’ensemble du tissu socio-économique français.

Consciente de ces enjeux et convaincue que la réussite de la relance passe nécessairement par de nouvelles pratiques de communication, Comfluence a décidé de proposer des speed-coaching gratuits aux dirigeants qui ont besoin desparring partner dans cette épreuve. En complément, Comfluence s’attachera à faire du transfert de compétences aux bénéficiaires de ce programme pour assurer des bénéfices concrets et réels pour toutes les entreprises intégrées dans la démarche.

« En tant que dirigeants et conseils en communication, nous souhaitons nous engager et faire face à nos responsabilités. Nous accompagnons des ETI, nous les connaissons, nous connaissons leurs engagements aussi, nous nous devions de les soutenir dans cette période exceptionnelle » confirment Vincent Lamkin et Jérome Ripoull. « La communication et l’influence sont des expertises qui sont inégalement réparties au sein de ces ETI. Pour elles, comme pour nous, la solidarité entre dirigeants fera la différence et c’est là une dimension essentielle de la réussite du plan de relance de l’équipe France. »

Pour toute information, écrire à caroline.chalindar@comfluence.fr

À lire dans l'Opinion, une tribune de nos directeurs associés sur la place des ETI dans notre économie : https://www.lopinion.fr/edition/economie/eti-a-vos-marques-tribune-vincent-lamkin-jerome-ripoull-162356

Journée Française de l’Allergie : le souffle de l’engagement !

La Journée Française de l’Allergie, dont Opinion Valley anime la communication depuis dix ans, a connu le 17 mars dernier une édition exceptionnelle fortement marquée par l’actualité.

L’événement, entièrement dématérialisé - notamment grâce à un tchat en ligne permettant d’échanger avec des médecins allergologues – a permis à l’association Asthme & Allergies d’apporter des réponses, des conseils et du réconfort à un nombre record d’internautes souvent inquiets des conséquences du COVID19 sur leur pathologie.

Si la « JFA » n’en est pas à sa première édition, c’est évidemment la première fois qu’une pandémie mondiale s’invite au programme de l’événement. Conscients de l’impact probable du contexte sanitaire sur le tchat en ligne, initialement dédié à l’impact des allergies sur le sommeil, l’association Asthme & Allergies et ses partenaires ont choisi de le maintenir, inscrivant l’événement dans la logique de « service » qui est la sienne depuis l’origine. Au final, 5 médecins, allergologues et pneumologues, ainsi qu’une conseillère médicale en environnement intérieur, se sont pleinement mobilisés.

De 13h00 à 19h00, les internautes n’ont jamais été aussi nombreux à se connecter pour obtenir des réponses à leurs questions, exprimant une forte attente de conseils mais aussi un niveau d’inquiétude d’autant plus élevé que le confinement venait de se mettre en place.

Forte de ce record de participation (plus de 350 questions différentes, plusieurs milliers de visites web), la Journée Française de l’Allergie 2020 démontre les vertus d’un événement dématérialisé, notamment quand il est question de santé.

Opinion Valley tient à remercier l'association Asthme & Allergies et les laboratoires partenaires de l’événement (ALK, Stallergenes Greer et Thermo Fisher Scientific) pour leur confiance et leur fidélité. Un grand merci également à tous les médecins et experts qui se sont mobilisés le 17 mars pour répondre aux questions des internautes.

Retrouvez des éléments plus complets ici :https://asthme-allergies.org/cat/allergies/journee-francaise-de-lallergie/

Retrouvez également les différents contenus réalisés par Opinion Valley et partagés sur les réseaux sociaux de l’association Asthme & Allergies sur :
• Twitter : https://twitter.com/AsthmeAllergies
• YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=sVmx4xPsAMk&feature=youtu.be
• Facebook : https://www.facebook.com/associationasthmeetallergies/

Coup de projecteur : quand le pain fait son cinéma

Pour offrir aux Français confinés des idées originales de films à visionner, l’Observatoire du pain a recensé de grands classiques où le pain se fait guest star ! Des recommandations largement partagées sur Facebook et Twitter. A la réalisation : Opinion Valley !

Depuis que la France est en confinement, la consultation des plateformes VOD explose et les Français sont plus que jamais preneurs de conseils en matière de cinéma, de lecture ou de séries télévisées. Fidèle à sa mission d’information et de valorisation d’un aliment ancré dans notre culture, l’Observatoire du pain a entrepris de recenser et de partager des suggestions de films où le pain s’invite au générique.

La Femme du Boulanger(1938), La Boulangère de Monceau(1963), Diva(1981), etc... Autant de classiques que l’on peut découvrir pour les plus chanceux ou redécouvrir en suivant les conseils de l’Observatoire du pain sur Twitteret sur Facebook.

Dans le cadre de cette opération, l’Observatoire relaye aussi les suggestions de passionné, qu’ils soient inconnus ou célèbres dans le milieu du cinéma. Ainsi, dernièrement c’est Gilles Jacob, délégué général (1978 à 2001) puis président (2001 à 2014) du Festival de Cannes qui nous a fait l’honneur de ses conseils avisés : https://twitter.com/jajacobbi/status/1243450964205621248