Du porc BIO 100% français en supermarchés avec Brocéliande

On connaissait Brocéliande pour ses charcuteries « Bien Élevées » issues de porcs élevés sans antibiotique… Dès le printemps 2019, ce sont les jambons, lardons, rôtis et pâtés BIO 100% français qui feront leur arrivée dans les Supermarchés.

La marque de charcuterie responsable vient en effet de créer une nouvelle filière qui répond à une demande croissante des consommateurs. Brocéliande avec ses 6 nouvelles références de produits « Bien Élevés » devient la première marque nationale sur ce marché en très fort développement.

Opinion Valley, filiale du groupe Comfluence, présente depuis l’origine aux côtés de la marque d’éleveurs-coopérateurs, accompagne ce lancement auprès des médias, dégustations produit à l’appui…

Cela reste Comfidentiel… Rendez-vous le 6 juin

Le 6 juin prochain, Comfluence organise un petit-déjeuner autour de Huguette Tiegna, députée LREM du Lot, et Didier Mandelli, sénateur LR de Vendée, consacré à l’économie circulaire et l’économie verte.

Le 10 mai dernier, l’Europe a épuisé l'ensemble des ressources que la planète peut lui offrir pour l'année. Selon le rapport publié à cette occasion par l’association WWF en partenariat avec l’ONG Global Footprint Network, si l'humanité consommait autant que les Européens, elle aurait besoin de 2,8 planètes bleues. Le constat que font tous les acteurs et qui s’impose aux décideurs publics est que la situation ne cesse de se dégrader : en 1961, ce "jour du dépassement" tombait le 13 octobre.

C’est dans ce contexte que la secrétaire d’État à la Transition écologique Brune Poirson, récemment nommée au prestigieux poste de vice-présidente de l’organisation ONU Environnement, la principale autorité mondiale en matière d’environnement, prépare la présentation, en Conseil des ministres, de son projet de loi relatif à l’économie circulaire. Annoncée dès le 10 janvier pour un examen avant l’été, mais qui risque d’être retardé, le projet de loi s'appuiera sur les mesures de la Feuille de route pour l'économie circulaire dévoilée en avril 2018 par le Premier ministre Édouard Philippe.

Alors qu’il n’est pas encore officiellement dévoilé, le projet de loi commence à faire débat. Le Conseil national de la transition écologique (CNTE) s’est étonné de ne pas avoir été consulté en amont, tandis que certains parlementaires, comme des acteurs, regrettent le recours important aux ordonnances qui les privent de la capacité à débattre des sujets au fond. Quant aux associations engagées sur le secteur, comme France Nature Environnement ou Zero Waste France, elles estiment que la copie est à revoir.

Nous en débattrons le 6 juin prochain autour de deux experts, Huguette Tiegna, députée LREM du Lot, membre de la Commission des affaires sociales et présidente du groupe d’études « économie verte et économie circulaire » et Didier Mandelli, sénateur LR de Vendée, vice-président de la Commission de l'aménagement du territoire et du développement durable et président du groupe d’études « économie verte et économie circulaire ».

Comfluence crée un pôle IE dirigé par Éric Delbecque

Comfluence étoffe son organisation avec la création d’un pôle Intelligence économique. Elle est la première agence de communication globale en France à intégrer un tel pôle d’expertise.

Ce pôle s’organise autour de 5 offres : audit/diagnostic des risques réputationnels et de sûreté ; conseil en stratégie de sûreté des organisations, de protection de l’information et de réputation ; anticipation et management des situations de guerre informationnelle ; appui au pilotage stratégique en situation de guerre économique et/ou de fonctionnement dégradé ; formations & coaching.

« De nombreuses questions de société font désormais l’objet de véritables guerres informationnelles, qui se jouent sur tous les fronts : de la rue aux réseaux sociaux, en passant par les médias traditionnels. Les logiques de guerre économique s’intensifient elles-aussi. La connivence intellectuelle et culturelle entre l’intelligence économique et la communication d’influence est forte. Il était donc pertinent pour nous d’enrichir notre offre conseil avec ce pôle, qui sera piloté par l’un des meilleurs experts français », expliquent Vincent Lamkin et Jérôme Ripoull, les dirigeants et fondateurs de l’agence Comfluence.

Ce pôle sera dirigé par Éric Delbecque, l’un des meilleurs experts français
Membre du conseil scientifique du CSFRS (Conseil Supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégiques), Éric Delbecque fut notamment conseiller de défense auprès du Ministre de l’Intérieur (2009-2012), responsable de la sécurité de Charlie Hebdo après l’attentat de 2015, chef du département intelligence & sécurité économiques de l’INHESJ, directeur de l’Institut d’Études et de Recherche pour la Sécurité des Entreprises, responsable des opérations d’intelligence économique et de communication de crise au sein d’une filiale de La Compagnie Financière Rothschild.

Éric Delbecque est conférencier à l’IHEDN, au CHEMI (Centre des Hautes Études du Ministère de l’Intérieur), et à l’École de Guerre Économique. Il a notamment enseigné à Sciences Po (IEP de Paris), à l’ENA, à l’ENM et à Paris-Dauphine.  Docteur en Histoire contemporaine, colonel de réserve de la Gendarmerie Nationale, il est diplômé de Sciences Po de Paris et de la Sorbonne (maîtrise de philosophie). Il est titulaire du Certificat professionnel de troisième cycle « Management Stratégique et Intelligence économique » de l’École de Guerre Économique.

Il est l’auteur de nombreux livres sur l’intelligence économique, la sûreté des entreprises, les stratégies d’influence, l’histoire des idéologies, la sécurité nationale et le management de crise. Son dernier essai,  Les ingouvernables, vient de paraître aux éditions Grasset.

Ce pôle intègre aussi un conseil scientifique
Ce conseil, qui rassemble des personnalités de premier plan, contribuera à enrichir l’expertise du pôle et à consolider son offre de formation.

Le Hello Tomorrow Global Summit, deux jours au coeur de la deeptech

La 5ème édition du Hello Tomorrow Global Summit, médiatisée par l’agence Comfluence, s’est clôturée le 15 mars dernier. Organisé au Centquatre-Paris dans un cadre original et expérientiel, cet événement international dédié aux innovations deeptech a attiré plus de 3000 visiteurs.

Ce grand rendez-vous est avant tout un lieu d’échanges et de synergies : une opportunité unique pour les startups de rencontrer de futurs partenaires et investisseurs pour faire naître leurs projets. Chercheurs, experts, entrepreneurs et décideurs du monde entier se sont ainsi réunis pour échanger et confronter leurs visions sur leurs innovations, se questionner sur leur impact, mais aussi sur les considérations éthiques, règlementaires et politiques qui les entourent.

Le Hello Tomorrow Global Summit a aussi été l’occasion de faire le point sur les grandes tendances émergentes et les projets les plus prometteurs de l’univers deeptech. Un écosystème d’innovation que la France doit pouvoir développer davantage afin d’exister sur la scène internationale.

Un temps fort et des enjeux que l’agence a contribué à faire émerger dans des médias prescripteurs tels que Le Parisien, Les Échos, L’Usine Nouvelle ou encore La Tribune

Plus que quelques jours avant de savoir où en sont les Français avec la transmission et les relations intergénérationnelles

La première édition du « Prix photo La France Mutualiste », conçu par Comfluence, sera l’occasion de révéler les résultats d’une enquête riche en enseignements sur le rapport des Français à la transmission et aux relations intergénérationnelles.

Jeudi 11 avril aura lieu, au Pavillon Wagram, le nouveau rendez-vous annuel de la France Mutualiste. Il mettra à l’honneur les valeurs et les engagements chers à ce groupe mutualiste qui compte plus de 300 000 clients/adhérents.

Pour sa première édition, le « Prix photo La France Mutualiste », dédié aux thèmes de l’engagement et de la transmission, s’intéressera aux solidarités intergénérationnelles. Lors de la soirée, un grand sondage Ipsos dressera un inventaire passionnant de la relation que les Français entretiennent avec la transmission : estiment-ils que notre société favorise la transmission ? Comment vivent-ils aujourd’hui les solidarités intergénérationnelles dans notre pays, notamment au sein de la famille ? Comment les générations se jugent-elles ?

Ces questions seront au cœur d’un grand débat animé par le journaliste Laurent Bazin et en présence de plusieurs experts et personnalités.

En seconde partie de soirée, La France Mutualiste récompensera les 3 lauréats du Prix Photo. Ce Prix, dont le jury est présidé par Alain Mingam, a pour but de mettre en lumière les jeunes talents de la photographie.

La soirée est ouverte aux journalistes, aux décideurs politiques et institutionnels ainsi qu’aux acteurs de la société engagés sur les questions de la transmission et des solidarités intergénérationnelles.

Vous avez dit « raison d’être » ?

Les entreprises ont-elles tant besoin de définir leur raison d’être ? Manquent-elles tellement de raison d’exister ? Les innovations au cœur de nos vies ne sont-elles pas le fruit de leurs expertises et de leurs recherches ? Ne sont-elles pas les premiers acteurs par lesquels la société apporte et renouvelle ses réponses en termes de mobilité, d’énergie, d’habitat, de santé, d’alimentation, de loisirs… ?

Que la motivation d’un dirigeant soit souvent de « gagner du pognon », comme l’a dit, provocateur, Jean-Dominique Senard lors de la publication de son rapport « L’entreprise, objet d’intérêt collectif », ne change rien au sujet. Cette motivation ne remet pas en cause la raison d’être (au sens le plus exigeant et le plus engageant envers la société) qui est au cœur de leur activité. A fortiori en ce qui concerne les grandes entreprises.

Ce qui est en jeu, en revanche, c’est l’interconnexion de leur raison d’être avec d’autres enjeux qu’elles ne peuvent plus ignorer. À l’instar de notre liberté qui s’arrête là où commence celle des autres, on peut dire que la raison d’être des entreprises s’arrête là où elle empiète sur une raison supérieure avec laquelle elle doit s’accorder : là l’environnement, là la santé publique, là la protection de l’enfance (souvent oubliée dans les grandes questions d’intérêt général), etc.

Depuis 10 ans, nous savons quant à nous notre raison d’être. Défendre, à vos côtés, des idées, des valeurs, des engagements, des défis… Peut-être, un peu, votre « raison d’être ».