Comfluence décrypte … la grève

À l’issue de la première semaine de grève générale en ce mois de décembre, Comfluence a analysé l’impact des grèves sur les réseaux sociaux.

Ces chiffres, issus d’une analyse poussée des données de Twitter, dressent un état des lieux des hashtags et comptes ayant le plus émergé sur la thématique des grèves ou des retraites :
- Nombre de tweets générés sur les hashtags liés à la grève,
- Personnalité politique la plus engageante,
- Média qui a le plus performé,
- Comparatif entre #Retraites, #grèvegénérale et #EdouardPhilippe…

Et bien d’autres chiffres à retrouver dans l’infographie ci-dessous (à retrouver sur Twitter juste ici !).

 

Le site institutionnel : à la croisée des réseaux sociaux…

Comment booster l’audience de son site institutionnel ? À l’ère des réseaux sociaux, ceux-ci s’avèrent aussi un formidable levier pour conjuguer les audiences. La preuve par l’exemple avec Voies Navigables de France.

Même s’il constitue encore souvent un « navire amiral » dans les dispositifs web des organisations, le site institutionnel doit faire face à un défi de taille : trouver son public et générer un trafic à la mesure de l’information qu’il délivre. Adossés à une vraie stratégie d’e-influence, les réseaux sociaux sont là aussi un allié de poids pour gagner en audience.

Ainsi, Comfluence vient de mener sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook et LinkedIn) une vaste campagne – Facilitez-vous le fluvial ! – visant à valoriser le nouveau site institutionnel de Voies navigables de France et, plus spécifiquement, à y faire converger les audiences pertinentes : professionnels du fret et du tourisme, institutions et collectivités, plaisanciers…

Cet enjeu s’est posé à un moment clé de l'année pour l'établissement. À une semaine d'intervalle avaient lieu en effet le Salon des Maires et le Riverdating, rendez-vous européen annuel des professionnels du fluvial. Dans ce contexte, il était primordial pour VNF de réaffirmer sa place d'acteur référent tout en concrétisant le virage digital pris par l’établissement. 

Dans les trois semaines pilotes de cette campagne menée sur les réseaux sociaux, ce sont plus de 1,3 million d’impressions qui ont été générées, et près de 23 500 actes d'engagement, dont 16 400 clics vers le site de VNF. Cette dynamique a été amorcée grâce à la mise en place de formats innovants, à l’instar d’une aventure sous forme de gamethread – fil dont vous êtes l'héroïne ou le héros –, mais aussi en capitalisant sur la diversification de contenus engageants : vidéos, data visualisations, motion design, Facebook Ads…

Les semenciers parlent de l’avenir avec les étudiants…

Le 16 octobre dernier, l’UFS organisait, avec son agence Opinion Valley, une rencontre inédite avec des étudiants de tous horizons. L’objectif : parler agriculture, production et consommation… À l’aune de nos défis planétaires. Une démarche qui va se prolonger en 2020.

Au programme de cette première rencontre, organisée au Liberté Living Lab à Paris : l’avenir de notre agriculture et de notre consommation à l’aune des bouleversements climatiques, démographiques et géopolitiques annoncés.

 Être à l’écoute des attentes, des valeurs et des idées de ceux qui seront demain en responsabilité, mais aussi partager avec eux l’expertise des professionnels et des décideurs qui sont aujourd’hui les acteurs de ces enjeux, afin de mieux réfléchir ensemble à l’avenir : telle est la démarche engagée par l’Union Française des Semenciers.

Les futurs diplômés réunis, issus d’écoles de tous horizons (Sciences Po Paris, ESSEC Business School, ISA Lille, ISARA Lyon, IFG, IRIS’SUP, IHEDREA), ont ainsi pu dialoguer avec de « grands témoins », comme le chercheur Matthieu Brun, responsable des études au club DEMETER, le député Frédéric Descrozailles, le politologue Eddy Fougier, l’agriyoutuber Thierry Bailliet mais aussi des professionnels du secteur.

 Matthieu Brun a pu rappeler quelques données clés : « Il y aura dans l’avenir plus d’incidents et de chocs climatiques, une rareté de l’eau et une dégradation des sols alors qu’il faudra augmenter la production de plus de 50% à l’horizon 2030/2050… Quand on sait que les terrains disponibles pour la production agricole ne peuvent augmenter que de 5%, et que chaque jour, en tenant compte des naissances et des décès, la planète accueille 230 000 nouvelles personnes qu’il faudra nourrir pendant de nombreuses années ».

Des idées et des convictions ont pu être défendues par les étudiants et discutées au cours de cet échange : octroyer un rôle plus important aux organisations internationales pour mettre en œuvre une Politique Agricole Mondiale ; développer les circuits courts, la traçabilité et la biodiversité ; re-végétaliser les villes ; ne pas opposer les modèles agricoles ; redonner aux agriculteurs la place qu’ils méritent dans la société…

Cette rencontre a aussi été l’occasion pour beaucoup d’étudiants de découvrir un secteur d’activité mal connu, dont la France est pourtant champion mondial, et d’apprendre par exemple que 7 à 10 ans sont nécessaires pour concevoir une nouvelle variété de semences.

Le député Frédéric Descrozaille, co-président du groupe d’études sur « L’industrie agro-alimentaire face aux enjeux de l’alimentation », a tenu à saluer cette initiative : « Ce qu’il faut faire, c’est ce que vous faites maintenant ! On renouvellera la confiance dans les institutions et on trouvera des solutions collectives s’il y a de nouveaux espaces où on prend le temps de se parler, d’échanger et de s’écouter ».

Retrouvez les temps forts de la rencontre-débat dans ce film réalisé par Opinion Valley-Comfluence :  https://www.youtube.com/watch?v=xGPvIs9O2DE&t=160s

Tribune de Vincent Lamkin dans CB News : l’âge des raisons

À travers une tribune publiée par CB News, Vincent Lamkin, cofondateur de Comfluence, revient sur sur un sujet d’actualité à l’heure où la raison d’être des entreprises est au cœur des réflexions.

"Ce n’est pas la raison d’être des entreprises qui a changé, ce sont leurs raisons d’agir. À la faveur de la fameuse loi Pacte, les entreprises peuvent donc désormais se doter d’une « raison d’être ». Elles n’en auraient donc pas… Sinon celle du lucre."

Retrouvez l'intégralité de la tribune ici : https://www.cbnews.fr/tribune/age-raisons-48271

Comfluence est fière d’avoir accompagné le cluster Energeia

Comfluence est fière d’avoir accompagné Energeia, cluster d’innovation basé à Amiens et dédié aux enjeux d’autonomie énergétique, dans la préparation et l’organisation du Amiens Energy Summit, événement d’influence qui se tiendra les 27 et 28 novembre 2019.

Placé sous le haut patronage du Président de la République, ce nouveau rendez-vous réunira un tissu d'entrepreneurs et de chefs d’entreprise pionniers dans le domaine des nouvelles technologies de l’énergie, ainsi que des scientifiques et des responsables publiques de premier plan. Ces personnalités débattront de la capacité des territoires à produire, stocker et gérer tout ou partie de l’énergie qu’ils consomment, une problématique désormais au cœur des grands enjeux économiques et environnementaux contemporains.    

L’agence a notamment accompagné Energeia et ses partenaires dans le cadrage stratégique de ce colloque et plus particulièrement dans le choix du nom, dans la définition des thématiques abordées, dans la construction du programme global et le choix des intervenants. La création d’Energeia résulte de l’ambition de la ville d’Amiens et d’Amiens Métropole de devenir autonome en énergie à horizon 2050.

Les acteurs majeurs de l’innovation s’associent pour créer LA DEEP TECH WEEK

L’innovation connait aujourd’hui une nouvelle impulsion : celle liée à l’émergence des technologies de rupture, aussi appelées deep tech. Les projets se comptent par milliers à travers le monde, comme en témoignent chaque année les 5 000 startups qui candidatent au Hello Tomorrow Challenge et les 18 milliards de dollars investis en 2018*.

Aujourd’hui, les acteurs de la deep tech (startups, chercheurs, universités, laboratoires, investisseurs, grands groupes) ont vocation à embrasser une dynamique collective pour répondre efficacement aux défis environnementaux, sociaux, sanitaires et industriels d’aujourd’hui et de demain. Il est en effet urgent de les faire converger dans le même sens et leur garantir un cadre politique et économique favorable.

L’organisation Hello Tomorrow, accompagnée par Comfluence dans la médiatisation de ses actions, le BCG, Bpifrance, EPFL et SOSV créent ainsi la première semaine dédiée aux technologies émergentes de rupture, pour rassembler cette communauté d’acteurs, initier un dialogue autour du sujet des deep tech, mais aussi valoriser et accélérer un maximum d’innovations. La Deep Tech Week, dont la première édition se tiendra à Paris du 9 au 13 mars 2020 sous le haut patronage du Président de la République, sera également l’occasion de valoriser le rôle moteur de la France sur ces problématiques.

*Source : Rapport Dawn of the Deep Tech Ecosystem, publié par Hello Tomorrow et le BCG en mars 2019 : https://www.bcg.com/fr-fr/publications/2019/dawn-deep-tech-ecosystem.aspx